Lutte contre les espèces nuisibles

Lutte contre le frelon asiatique
Une démarche volontaire de la part de la municipalité

La présence de frelons asiatiques de plus en plus importante sur notre commune et les informations à notre disposition sur leur mode de vie, leur capacité à coloniser plus d’espace, leur nuisance ont convaincu la commune de la nécessité de mettre en place une politique volontariste de destruction de cet insecte.

C’est pour cela que la municipalité a décidé de confier la mission de destruction de tous les nids signalés sur le domaine public et privé, à une entreprise spécialisée, aux frais de la commune.

L’intervention se fait en deux étapes.

Une première intervention pour mettre en place une poudre insecticide dans le nid.
Une deuxième, quelques jours plus tard, afin de laisser le temps aux insectes absents lors de la première intervention de revenir au nid et ainsi d’être détruits au contact de la poudre et pour détruire le nid.
Cette poudre conserve son efficacité de destruction pendant huit semaines.
Si cette intervention est réalisée en une seule fois, les frelons « rescapés » reconstruisent à leur retour plusieurs nids.

Tout savoir sur le frelon asiatique

Le frelon asiatique (Vespa velutina) est une espèce invasive dont les premières observations sur le territoire national ont été faites en 2005 dans le département du Lot-et-Garonne. Depuis, cette espèce a continué sa colonisation des départements du Sud-Ouest et, depuis 2007, est présente dans notre département. Au vu de l’augmentation du nombre de nids recensés dans le département, la préfecture a consacré un numéro spécial pour informer et apporter des réponses dans le traitement de ce problème.

Ce numéro traite des points suivants :

  • les données sur la biologie du frelon asiatique
  • le piégeage des frelons
  • les conseils sur la destruction des nids
  • l’Observatoire départemental des Hautes-Pyrénées
Quelques explications pour mieux comprendre

La longévité de cet insecte est d’une année, excepté pour quelques fondatrices (les reines) qui hibernent et peuvent ainsi l’année suivante refonder un essaim.
La reine, à la sortie de son hibernation, commence la construction d’un nouveau nid et pond les premiers œufs qui se transforment en larves puis en insectes au bout de 45 jours. Ces nouveaux frelons participent à l’évolution du nid et permettent donc à la reine de nouvelles pontes et la naissance de nouveaux frelons. A la fin du processus, le nid peut atteindre une taille très importante et contenir 300 à 400 reines et des milliers d’ouvrières et de mâles. Au cours de l’hiver, les mâles et les ouvrières meurent et une partie des reines en hibernation survit. Au printemps, deux ou trois reines survivantes construisent chacune leur nid.

Il est important d’être efficace, équipé et prudent lors de la destruction des nids. C’est pour cela que nous avons fait appel à un professionnel confirmé.
Il est intervenu 19 fois en 2019. Ces interventions sont facturées à la commune, forfaitairement 90 ou 120€, en fonction de la difficulté de l’intervention. Nous renouvelons chaque année cette expérience, avec l’espoir de contenir l’évolution de ce frelon, objectif réalisable aux dires des professionnels qui constatent, après de telles campagnes de destruction, une diminution du nombre d’interventions d’une année sur l’autre.

 

34 interventions en 2020

En complément, la municipalité s’associe à la campagne de piégage du service hygiène et santé de la Mairie de Tarbes. Il s’agit de capturer les femelles frelon, à la sortie de l’hiver, grâce à des pièges installés à différents endroits de la commune. La campagne de piégage s’arrête dès l’apparition de frelons européens, guèpes, abeilles, etc. Un piégage non maitrisé et non suivi pourrait avoir des conséquences désastreuses sur les autres insectes. 

 

Lutte contre le moustique tigre

Le moustique tigre, particulièrement actif entre mai et novembre, représente aujourd’hui une réelle menace pour la population, en véhiculant des maladies épidémiques graves (chikungunya, virus Zika, dengue). C’est pourquoi, l’ARS (agence régionale de santé) a mis en place un plan d’action, afin de sensibiliser le public et de communiquer les réflexes qui permettent de freiner la prolifération de ce moustique. Comment éviter son développement ? Par une action individuelle et collective : éviter les eaux stagnantes dans les coupelles de fleurs, dans les gouttières en les nettoyant, lieux de ponte du moustique tigre. Le moustique tigre à Ibos ? Ibos n’est pas épargné. L’installation de pièges pondoirs a révélé la présence d’œufs de moustique tigre sur la commune. 

Plus d’infos sur le site internet de l’ARS

Lutte contre la chenille processionnaire

Les chenilles processionnaires du pin se sont installées dans le village. Très urticantes, elles sont dangereuses pour l’homme et les animaux. Il est donc nécessaire d’être vigilants et de lutter contre elles.
Les employés municipaux interviennent en échenillant l’ensemble des arbres situés sur l’espace public, mais aussi en installant des éco-pièges autour des troncs, avant la descente des chenilles en procession le long des arbres au printemps.
Des nichoirs à mésanges, prédateurs des chenilles, ont également été installés à proximité.
Pour vous aussi c’est le moment d’agir ! En tant que particulier, vous pouvez agir soit par la pose d’éco-pièges, soit par la destruction des nids.
Pour signaler un nid sur l’espace public, appelez le secrétariat de la mairie au 05 62 90 61 00.

Lutte contre le tigre du platane

Le tigre du platane, Corythucha ciliata, insecte de 3 à 4 mm originaire d’Amérique du Nord, est arrivé en France dans les années 70. Le tigre du platane suce la sève des feuilles du platane cequi entraîne leur jaunissement puis leur chute. L’insecte est considéré comme nuisible car il contribue à l’affaiblissement du platane, l’exposant aux maladies et aux champignons.

L’hiver, le tigre du platane se réfugie sous l’écorce des arbres ou sous un tas de feuilles mortes et fait son apparition au printemps et en été. Dès l’arrivée des beaux jours, les femelles pondent jusqu’à 350 oeufs, ce qui explique la prolifération de l’insecte.
Le tigre du platane n’est pas dangereux pour l’homme.

Depuis 2020, la municipalité d’Ibos protège les 26 platanes du centre bourg grâce à l’application d’un traitement biocontrôle.